Vos rotules vous parlent?

Vous arrive-t-il d’avoir une douleur profonde au genou qui survient pendant ou après une activité sportive? Il existe plusieurs causes qui peuvent expliquer la présence d’une douleur au genou. Parmi celles-ci, le syndrome fémoropatellaire ou fémororotulien est une condition fréquente qui entraîne des inconforts au genou. 

Qu’est-ce que c’est? 

Le syndrome fémoropatellaire caractérise les symptômes qui proviennent de l’articulation entre la rotule et le fémur (os de la cuisse). Il s’agit généralement d’une irritation d’une surface articulaire, mais le syndrome inclut aussi les symptômes de douleurs aux tissus mous entourant cette articulation.

Bien qu’elles puissent se présenter à différents endroits, ces douleurs sont souvent ressenties en antérieur du genou.

Ce syndrome se présente majoritairement chez des individus qui pratiquent des activités qui recrutent les quadriceps ou dans lesquelles le genou est en flexion, ex.: monter et descendre les escaliers, mouvements de squat, course, randonnée, etc.

Un peu d’anatomie 

La rotule est déposée sur le fémur et bouge de bas en haut et légèrement de gauche à droite avec les différents mouvements du genou. Le quadriceps, un gros groupe de muscles forts de la cuisse, passe au-dessus de la rotule pour s’attacher devant la jambe. La rotule subit par conséquent la compression du quadriceps lorsque l’on fléchit le genou et lorsque le quadriceps se contracte. 

Pourquoi ce syndrome? 

Coincé entre la cheville et la hanche, des articulations très mobiles, il arrive souvent que le genou doive s’ajuster aux erreurs des mouvements de ces autres articulations. Des faiblesses ou un manque de contrôle moteur sont des exemples de facteurs qui peuvent entraîner des modifications dans la mécanique du mouvement du membre inférieur (l’ensemble de la jambe, de la hanche au pied). Lorsque la biomécanique est modifiée, différents stress sont appliqués entre la rotule et le fémur. 

Ce syndrome survient souvent avec une modification des activités, notamment un nouveau sport, une nouvelle surface d’entrainement, une augmentation du volume d’une activité, etc. 

Quoi faire pour y remédier? 

Essayez d’abord d’identifier les mouvements ou les activités qui sont les plus provocants pour vous, afin de réduire l’intensité du stress sur l’articulation fémoropatellaire. Pour améliorer l’endurance de votre articulation au stress, il est préférable d’imposer régulièrement de la charge sur l’articulation, mais de façon moins intense. 

En plus de diminuer le stress sur l’articulation fémoropatellaire, il serait pertinent d’identifier les défauts du mouvement qui entraînent les compensations au genou. Votre physiothérapeute pourrait d’ailleurs vous aider à identifier et corriger votre mouvement en travaillant avec vous le contrôle moteur, la force et la proprioception!

Service essentiel: faites-nous confiance pendant la pandémie COVID-19  II Prendre rendez-vous...>