PEACE & LOVE pour vos blessures

L’entorse aigüe, le claquage musculaire et la contusion ont en commun le fait d’apparaître soudainement. Les acronymes pour nous aider à retenir l’approche à suivre ont été nombreux, passant de ICE à RICE, puis à PRICE. En 2012, un auteur de la Grande-Bretagne nous a introduit une nouvelle idée avec son acronyme POLICE : « PRICE needs updating, should we call the POLICE? ». En 2017, l’acronyme s’est ensuite vu ajouter de nouvelles lettres : POLICE-CANAI.

 

En avril 2019, une mise à jour québécoise a fait le point à la communauté scientifique internationale avec une publication dans le British Journal of Sports Medicine (BJSM). Le temps était venu d’intégrer un peu plus de rigueur et de douceur au traitement des traumatismes musculosquelettiques. Les changements à faire étaient nombreux : retirer le «I» (la glace – ICE), ajouter le facteur psychologique, tenir compte de l’effet nocebo de l’hypermédicalisation et enfin, présenter les étapes dans leur ordre d’application. L’acronyme est maintenant corrigé à la lumière des avancées scientifiques dans le domaine.

 

PEACE & LOVE


Immédiatement après une lésion des tissus mous, ne faites pas de mal et laissez PEACE guider votre approche.

  • P = Protection (s’assurer de ne pas provoquer de la douleur durant les quelques premiers jours)
  • E = Élévation (soulever le membre atteint aussi souvent que possible pour qu’il soit plus haut que le cœur)
  • A = Anti-inflammatoire à éviter (Réduire votre utilisation le plus possible)
  • C = Compression (appliquer un bandage élastique ou idéalement un bandage compressif pour réduire le gonflement initial)
  • E = Éducation (apprendre les bonnes pratique de prise en charge)

Après les premiers jours, les tissus mous ont besoin de LOVE.

  • L =  Load (bonnes pratiques de prise en charge en intégrant rapidement de la mise en charge (« load ») et du mouvement sans douleur)
  • O = Optimisme (être confiant et positif)
  • V = Vascularisation (tissu endommagé doit être vascularisé et son métabolisme doit être augmenté)
  • E = Exercices (retour graduel à une vie active)

 


Pour les curieux, voici les « anciens » acronymes :

 P/R/ICE

  • P  = Protection (s’assurer de ne pas provoquer de la douleur les quelques premiers jours)
  • R =  Repos ou Réduction de l’activité (souvent mal interprété comme un arrêt de l’activité)
  • I = Ice (appliquer un sac de glace 15 minutes au cours des 2 à 3 premiers jours (à chaque 1 à 2 heures))
  • C = Compression (appliquer un bandage élastique ou idéalement un taping compressif pour réduire le gonflement initial)
  • E = Elevation (soulever le membre atteint aussi souvent que possible pour qu’il soit plus haut que le cœur)

 

POLICE (2012)

  • P  = Protection (s’assurer de ne pas provoquer de la douleur durant les quelques premiers jours)
  • O L = Optimal Loading (bien quantifier son stress mécanique en intégrant rapidement de la mise en charge et du mouvement sans douleur)
  • I = Ice (appliquer un sac de glace 15 minutes au cours des 2 à 3 premiers jours (à chaque 1 à 2 heures))
  • C = Compression (appliquer un bandage élastique ou idéalement un taping compressif pour réduire le gonflement initial)
  • E = Elevation (soulever le membre atteint aussi souvent que possible pour qu’il soit plus haut que le cœur)

 

POLICE-CANAI (2017)

  • C A= Cardiovascular activity (dès le troisième jour, dans le but d’accélérer la guérison, il est souhaitable que le tissu endommagé soit vascularisé et que son métabolisme soit augmenté)
  • N A I = No Anti-inflammatory (éviter les anti-inflammatoires qui ralentissent la guérison des tissus endommagés)

Merci à nos collègues physiothérapeutes québécois pour leur implication dans la communauté scientifique sur le sujet.

  • Blaise Dubois (@blaisedubois) est le président et fondateur de La clinique du coureur, une organisation de formation continue à l’international. En clinique et en recherche, Blaise s’intéresse à la prévention et au traitement des blessures en course à pied, en portant une attention particulière aux chaussures et à la biomécanique. (Ville de Québec, Canada).
  • Jean-Francois Esculier (@JFEsculiercombine la recherche clinique (Département de physiothérapie, Université de la Colombie-Britannique) avec les soins aux patients (Vancouver, Colombie-Britannique) et l’application des connaissances (La clinique du coureur, Canada). Il aime éduquer et responsabiliser les patients afin qu’ils puissent devenir le principal acteur de leur rééducation.